jeudi 5 décembre 2019

01. Accueil


Bonjour, soyez les bienvenus. Je suis Muriel, la Mère Noël (assistante du Père Noël). Passionnée par les origines du barbu à la tenue rouge, je vous propose ici d'explorer son histoire. Bonne visite.


Qui suis-je ? Née un 24 décembre (je ne dirai pas de quelle année par coquetterie hihihi !), je me suis passionnée très jeune (dès l'âge de 4 ans) pour le Père Noël. Enfant, je gardais toutes choses le concernant (disques, petits objets, articles de presse…) et c'est tout naturellement qu'à l'âge adulte j'ai constitué une véritable collection. Puis, je me suis intéressée à son histoire en faisant des recherches, en lisant de nombreux ouvrages, en regardant des émissions et enfin en rencontrant Jean-Claude Baudot, spécialiste du sujet.

En un peu plus de 15 ans, j'ai réuni environ 200 pièces et chacune d'elles nous parle d'un petit bout d'histoire du gros bonhomme rouge : anciens automates de vitrines, moules à chocolat de la fin du 19ème siècle, résines modernes, objets sur la Mère Noël, St Nicolas, le Père Fouettard mais aussi des livres et des cartes postales du début du 20ème siècle à nos jours. Régulièrement, je participe à des salons de collectionneurs ce qui me permet d'exposer au public une partie de mes trésors.

Chanteuse, écrivaine et conteuse (tout cela pour le plaisir), je propose, depuis plusieurs années, mes services en tant qu'assistante du Père Noël. Plus qu'un rôle, c'est pour moi une vraie vocation ! Chaque décembre, je revêts ma belle tenue pour aller chanter sur les marchés, dans les maisons de retraite… mais aussi pour aller conter mes propres histoires (illustrées de chansons) aux enfants qui souhaitent découvrir la magie de Noël et avoir le plaisir de voir leurs yeux briller.

Je suis impatiente, lorsque l'automne arrive, de préparer la merveilleuse période des fêtes. Mon noyau familial et mes amis me qualifient quelquefois de "personne farfelue" mais tout ce que je souhaite leur transmettre, au travers de ma douce folie, c'est un brin de magie, un soupçon de merveilleux, une forte dose de joie et beaucoup d'amour.



Ma définition du Père Noël : Symbole d'amour et de partage, il est la joie et la bonté. Généreux, il apporte la magie dans nos vies parfois troublées. Il nous empêche de grandir trop vite et nous apporte l'émerveillement. Il représente l'amour que les parents portent à leurs enfants. Pour moi, pas de Père Noël commercial mais un donneur de rêves, pas un mensonge mais la féérie qui nous construit.




Ma devise : Ne pas croire au Père Noël, c'est ne pas croire en sa propre étoile ni en tout ce qui est positif et gai dans la vie  ! (Paroles de J.C Baudot).








   



Sources :

Chanson "Les visiteurs de Noël" interprétée par Marie Myriam - 1980
Auteurs compositeurs : Christophe Izard - Roger Pouly


mardi 3 décembre 2019

Sainte Barbe

Dans quelques jours (6 décembre), passera le Saint patron préféré des enfants : Saint Nicolas. Mais un peu avant, le 4 décembre, c'est la Sainte Barbe (ou Barbara).


Cette jeune femme devenue Sainte serait née au milieu du 3ème siècle de notre ère dans l'Anatolie actuelle. Son Père était païen mais Barbe souhaitait devenir Chrétienne et consacrer sa vie à Jésus. La jeune femme, refusant de se plier à la volonté de son père et à l'obligation de se marier, fut torturée puis décapitée par ce dernier. Il fut aussitôt châtié en mourant frappé par la foudre du ciel.

Aujourd'hui, elle est la Sainte patronne de nombreuses professions : pompiers, architectes, mathématiciens, mineurs, artilleurs, chimistes, artificiers et métallurgistes entre autres.

En Provence, il est une très ancienne coutume de planter du blé le jour de la Sainte Barbe. Cette tradition est probablement issue de vieux rites païens Christianisés. Il y a fort longtemps, l'hiver était une saison angoissante car les hommes avaient peur que le soleil ne revienne pas et qu'il n'y ait plus de printemps et d'été prometteurs de nouvelles récoltes. Aussi, ayant remarqué que les jours rallongent vers la fin décembre, les anciens prirent l'habitude de mettre à germer du blé, début décembre. Ils utilisaient des coupelles qu'ils disposaient ensuite à l'entrée des champs. C'était une sorte d'offrande à la terre afin d'espérer qu'elle redevienne fertile au printemps.

Il existe un dicton à ce sujet : "Quand le blé va bien, tout va bien / Blé germé, c'est la prospérité toute l'année".

De nos jours, on continue à faire germer le blé le 4 décembre dans des coupelles qui seront ensuite disposées en décoration sur la table du réveillon de Noël. Le 25, les blés sont décorés de rubans jaune et rouge puis le 26, les coupelles sont disposées devant la crèche jusqu'à l'épiphanie. Après, les blés seront replantés à l'extérieur.