08. Madame Noël


Madame Noël (Mrs Santa Claus aux USA) est l'épouse du Père Noël. Elle ne vient pas du folklore ou de la mythologie mais elle est une création d'auteurs américains. Elle est mentionnée pour la 1ère fois dans le conte de James Rees intitulé « une Légende de Noël » en 1849. Elle est ensuite popularisée grâce à une poésie de Katharine Lee Bates, intitulée « Goody Santa Claus on a Sleigh Ride » en 1889.


Elle apparaît ensuite dans différentes histoires et films et enfin à la télévision.
 
Au départ, l’évêque St Nicolas est décrit comme un célibataire. C’est seulement lorsqu’il devient « le Père Noël » qu’on lui invente une épouse, soit au milieu du 19ème siècle. Depuis 1889, Mme Noël est généralement dépeinte comme une femme âgée plutôt ronde, bienveillante, aux cheveux blancs. Son activité principale est de cuisiner des cookies . Toutefois, elle aide de temps à autre à fabriquer les jouets et à surveiller les elfes. Elle est parfois appelée « Mary Christmas ». Elle a été particulièrement popularisée à la télévision dans les années 1960 grâce au livre pour enfants de Phyllis Mc Ginley, intitulé «Mrs Santa Claus saved Christmas ».
 

De nos jours, Mme Noël apparaît dans des dessins animés et films mais également sur les cartes de vœux et devient décoration de Noël, bibelot ou même poupée. On la voit évidemment toujours dans les livres d’histoires de Noël et de plus en plus dans les parades des grands magasins. Elle est décrite comme une Dame calme, gentille et patiente afin de faire ressortir le contraste entre elle et son époux, qui lui, est généralement décrit comme un Homme jovial et exubérant. Si aux USA Mrs Claus est bien connue, en France, son succès est encore très relatif.

Poème de Katharine Lee Bates
Goody Santa Claus on a sleigh ride - 1889




Santa, must I tease in vain, Deer? Let me go and hold the reindeer,
While you clamber down the chimneys. Don’t look savage as a Turk!
Why should you have all the glory of the joyous Christmas story,
And poor little Goody Santa Claus have nothing but the work?

It would be so very cozy, you and I, all round and rosy,
Looking like two loving snowballs in our fuzzy Arctic furs,

Tucked in warm and snug together, whisking through the winter weather
Where the tinkle of the sleigh-bells is the only sound that stirs.
You just sit here and grow chubby off the goodies in my cubby
From December to December, till your white beard sweeps your knees;
For you must allow, my Goodman, that you’re but a lazy woodman
And rely on me to foster all our fruitful Christmas trees.

While your Saintship waxes holy, year by year, and roly-poly,
Blessed by all the lads and lassies in the limits of the land,
While your toes at home you’re toasting, then poor Goody must go posting
Out to plant and prune and garner, where our fir-tree forests stand.

Oh! but when the toil is sorest how I love our fir-tree forest,
Heart of light and heart of beauty in the Northland cold and dim,
All with gifts and candles laden to delight a boy or maiden,
And its dark-green branches ever murmuring the Christmas hymn!

Yet ask young Jack Frost, our neighbor, who but Goody has the labor,
Feeding roots with milk and honey that the bonbons may be sweet!
Who but Goody knows the reason why the playthings bloom in season
And the ripened toys and trinkets rattle gaily to her feet!

From the time the dollies budded, wiry-boned and saw-dust blooded,
With their waxen eyelids winking when the wind the tree-tops plied,
Have I rested for a minute, until now your pack has in it
All the bright, abundant harvest of the merry Christmastide?
Santa, wouldn’t it be pleasant to surprise me with a present?
And this ride behind the reindeer is the boon your Goody begs;
Think how hard my extra work is, tending the Thanksgiving turkeys
And our flocks of rainbow chickens — those that lay the Easter eggs.

Home to womankind is suited? Nonsense, Goodman! Let our fruited
Orchards answer for the value of a woman out-of-doors.
Why then bid me chase the thunder, while the roof you’re safely under,
All to fashion fire-crackers with the lighting in their cores?

See! I’ve fetched my snow-flake bonnet, with the sunrise ribbons on it;
I’ve not worn it since we fled from Fairyland our wedding day;
How we sped through iceberg porches with the Northern Lights for torches!
You were young and slender, Santa, and we had this very sleigh.
Jump in quick then? That’s my bonny. Hey down derry! Nonny nonny!
While I tie your fur cap closer, I will kiss your ruddy chin.
I’m so pleased I fall to singing, just as sleigh-bells take to ringing!
Are the cloud-spun lap-robes ready? Tirra-lirra! Tuck me in.
Off across the starlight Norland, where no plant adorns the moorland
Save the ruby-berried holly and the frolic mistletoe!
Oh, but this is Christmas revel! Off across the frosted level
Where the reindeers’ hoofs strike sparkles from the crispy, crackling snow !
There’s the Man i’ the Moon before us, bound to lead the Christmas chorus
With the music of the sky-waves rippling round his silver shell —
Glimmering boat that leans and tarries with the weight of dreams she carries
To the cots of happy children. Gentle sailor, steer her well !
Now we pass through dusky portals to the drowsy land of mortals;
Snow-enfolded, silent cities stretch about us dim and far.
Oh! how sound the world is sleeping, midnight watch no shepherd keeping,
Though an angel-face shines gladly down from every golden star.
Here’s a roof. I’ll hold the reindeer. I suppose this weather-vane, Dear,
Some one set here just on purpose for our teams to fasten to.
There’s its gilded cock, — the gaby! — wants to crow and tell the baby
We are come. Be careful, Santa! Don’t get smothered in the flue.
Back so soon? No chimney-swallow dives but where his mate can follow.
Bend your cold ear, Sweetheart Santa, down to catch my whisper faint:
Would it be so very shocking if your Goody filled a stocking
Just for once? Oh, dear! Forgive me. Frowns do not become a Saint.

I will peep in at the skylights, where the moon sheds tender twilights
Equally down silken chambers and down attics bare and bleak.
Let me show with hailstone candies these two dreaming boys — the dandies
In their frilled and fluted nighties, rosy cheek to rosy cheek !
What! No gift for this poor garret? Take a sunset sash and wear it
O’er the rags, my pale-faced lassie, till thy father smiles again.
He’s a poet, but — oh, cruel! he has neither light nor fuel.
Here’s a fallen star to write by, and a music-box of rain.

So our sprightly reindeer clamber, with their fairy sleigh of amber,
On from roof to roof , the woven shades of night about us drawn.
On from roof to roof we twinkle, all the silver bells a-tinkle,
Till blooms in yonder blessèd East the rose of Christmas dawn.

Now the pack is fairly rifled, and poor Santa’s well-nigh stifled;
Yet you would not let your Goody fill a single baby-sock;
Yes, I know the task takes brain, Dear. I can only hold the reindeer,
And so see me climb down chimney — it would give your nerves a shock.

Wait! There’s yet a tiny fellow, smiling lips and curls so yellow
You would think a truant sunbeam played in them all night. He spins
Giant tops, a flies kites higher than the gold cathedral spire
In his creams — the orphan bairnie, trustful little Tatterkins.

Santa, don’t pass by the urchin! Shake the pack, and deeply search in
All your pockets. There is always one toy more. I told you so.
Up again? Why, what’s the trouble? On your eyelash winks the bubble
Mortals call a tear, I fancy. Holes in stocking, heel and toe?

Goodman, though your speech is crusty now and then there’s nothing rusty
In your heart. A child’s least sorrow makes your wet eyes glisten, too;
But I’ll mend that sock so nearly it shall hold your gifts completely.
Take the reins and let me show you what a woman’s wit can do.

Puff! I’m up again, my Deary, flushed a bit and somewhat weary,
With my wedding snow-flake bonnet worse for many a sooty knock;
But be glad you let me wheedle, since, an icicle for needle,
Threaded with the last pale moonbeam, I have darned the laddie’s sock.

Then I tucked a paint-box in it (’twas no easy task to win it
From the Artist of the Autumn Leaves) and frost-fruits white and sweet,
With the toys your pocket misses — oh! and kisses upon kisses
To cherish safe from evil paths the motherless small feet.

Chirrup! chirrup! There’s a patter of soft footsteps and a clatter
Of child voices. Speed it, reindeer, up the sparkling Arctic Hill!
Merry Christmas, little people! Joy-bells ring in every steeple,
And Goody’s gladdest of the glad. I’ve had my own sweet will.
 

Poème de Katharine Lee Bates
Une promenade en traîneau pour Mme Noël
Traduction par mes soins en juillet 2012


 
Père Noël, dois-je te le demander en vain ? Cette année, laisse-moi prendre les rênes !
Oh mais je t’en prie, ne prends pas cet air offusqué.
Pourquoi devrais-tu être le seul auréolé de gloire à Noël ?
Et moi, je n’aurais aucune reconnaissance malgré mon travail acharné ?

Quel bonheur si tous les deux, emmitouflés dans nos manteaux de velours
Tels deux bonshommes de neige et amoureux comme au 1er jour
Nous nous promenions au cœur de l’hiver dans le grand traîneau
Avec pour seule compagnie le doux tintement des grelots.

Toute l’année, tu restes ici à préparer les sucreries à distribuer.
A ne pas bouger, ta barbe a longuement poussé !
Mais, bûcheron paresseux, tu ne sauras te défiler
Et c’est toi qui rapporteras de notre forêt un sapin argenté.

Année après année, je cuisine, pour les enfants, de bons gâteaux bénis.
Et je m’occupe de planter, tailler et soigner nos arbres enchantés.
Pendant ce temps, mon cher mari, tu te reposes à la lueur d’une bougie
En te réchauffant près du feu de bois qui brûle dans la cheminée.

Même si c’est un dur labeur, cette forêt je l’aime fort,
Elle n’est que lumière et beauté au cœur du froid pôle nord.
Les sapins chargés de bougies et de cadeaux raviront filles et garçons,
Et de leurs branches vert sombre des chants de Noël s’échapperont.

Le Père Janvier, notre voisin, est témoin de mon travail.
Pour que jouets et cadeaux poussent sur les branches de belle taille.
Et qu’il y ait bientôt de tendres bonbons, je dépose lait et miel
Au pied de chaque arbre de Noël.

Hochets, voitures et poupées de cire feront bientôt ployer les sapins.
Je resterai alors pour emballer les joujoux avec soin,
Car tout devra bientôt être distribué
Lorsque l’heure de Noël viendra sonner.

Père Noël, ne serait-il pas plaisant de me surprendre avec un cadeau ?
Une seule supplique de ma part : une promenade en traîneau !
Pour moi qui m’occupe aussi des cloches de Pâques en avril,
Ce serait une jolie récompense de faire un tour en bolide.

Suis-je une simple femme au foyer ? Balivernes Père Noël !
Tout un chacun sait que je suis vigoureuse à la tâche.
Et parfois, travaillant dehors, je brave la tempête du ciel
Lorsque toi, à l’abri, tu prépares, joujoux et pétards.

Lors de notre mariage, au royaume des fées, le traîneau fut notre cadeau.
A cette époque nous étions jeunes, minces et si beaux.
Regarde sur mon bonnet ce flocon aux reflets colorés. C’est un spectacle dont je ne suis pas lasse.
Aujourd’hui, permets-moi de voler au dessus des lumières du pôle vers les grandes portes de glace.

Tu acceptes de m’emmener ? Alors sautons vite en voiture !
Laisse-moi t’embrasser et attacher ton capuchon de fourrure.
Je suis si heureuse que j’ai envie de chanter avec les grelots pour m’accompagner !
Les nuages se lèvent pour nous recouvrir de leur chaleur et nous border.

Traversons la lande scintillante où aucune plante ne vit,
A part le houx rouge rubis et le gui.
Quel amusement de survoler ce paysage de gel
Et d’entendre craquer la neige sous les sabots des rennes.

Nous passons si près de la lune qu’il me semble y voir Pierrot !
Notre traîneau ondule dans les cieux à la façon d’un bateau.
Mon doux marin, dirige-le bien au travers des nuages
Et notre embarcation fera bientôt escale chez les enfants sages.

Là ! J’aperçois la terre assoupie et au loin les villages silencieux.
Ecoute le monde endormi où tant d’enfants nous attendent heureux.
Il est minuit ! C’est l’heure où les bergers voient un ange arriver.
Son visage, comme une étoile d’or, se met à briller.

Attention à l’atterrissage ! Pas d’inquiétude, je tiens les rênes à présent.
Cette girouette serait-elle prévue pour attacher notre équipage solidement ?
Chaque toiture de ce village est ornée d’un joli coq doré.
Oh, mais sois prudent Père Noël, en descendant par la cheminée !

Déjà de retour ! Je suis surprise par une telle rapidité !
Remonte ton col, Père Noël chéri et viens m’écouter :
Si j’allais déposer moi-même un cadeau, serais-tu ennuyé ?
Oh mais ne fronce pas les sourcils. Loin de moi l’idée de te remplacer.

Des rayons de lune éclairent l’entrée de la cheminée.
Je vois un grenier mais aussi un chaleureux salon,
Où dorment des enfants en chemises de nuit dentelées.
Oh, permets-moi de leur offrir des bonbons !

Quoi ! Il n’y a aucun présent pour les gens de cette maison. Il faut agir Père Noël !
Regarde cette pâle petite fille et voit son père, talentueux poète, ayant perdu le sourire.
Ils n’ont plus de quoi se chauffer ni de quoi s’éclairer. Quelle vie cruelle !
Donne-leur la lumière d’une étoile du ciel et une boîte à musique pour les réjouir.

Nos rennes si vifs nous entraînent avec notre attelage féerique
De toit en toit dans le bleu scintillant de cette nuit magique.
On entend les grelots tinter délicatement
Jusqu’à ce que l’aube se lève et que disparaisse l’étoile d’orient.

Maintenant que les cadeaux sont équitablement distribués et que tu es fatigué,
Pourquoi ne pas me laisser descendre remplir un petit chausson de bébé.
Même si la besogne paraît difficile je suis sûre d’ y arriver.
Ne sois pas effrayé de me voir descendre le conduit, je saurai me débrouiller.

Attends Père Noël ! Là-bas, il y a encore un petit garçon souriant aux cheveux bouclés blond pâle.
Serait-ce un jeune vagabond qui n’a pu trouver le sommeil de toute cette nuit ?
Au lieu de dormir, aurait-il joué au cerf-volant le faisant dépasser les flèches des cathédrales ?
C’est un pauvre orphelin. Redonnons-lui confiance en l’humanité, je t’en prie.

Père Noël, cherche au fond de ta hotte s’il reste un cadeau pour cette petite âme.
Regarde dans tes poches, il doit bien rester quelque chose ! J’en suis certaine !
Mais, tu sembles troublé ? Et que vois-je au coin de tes yeux. Serait-ce une larme ?
Le chausson de ce petit serait-il usé pour que tu ne puisses y déposer des étrennes ?

Même si tu es parfois sévère, je constate que ton cœur n’est pas rouillé.
Et le chagrin d’un enfant esseulé sait encore te bouleverser.
Pas d’inquiétude, réparons ce chausson afin de pouvoir y déposer un jouet.
Maintenant, donne-moi les rênes et vois comme je suis capable d’exaucer un souhait.

Père Noël, je suis encore debout malgré la lassitude.
Dans tes bras qui me cajolent et me réchauffent, j’aime ta charmante attitude.
Je suis noire de suie et seul le flocon sur mon bonnet est resté blanc.
Éclairée par un rayon de lune j’ai pu repriser le chausson troué de l’enfant.

Je lui ai laissé une boîte de crayons de couleur et de délicieux fruits confits.
Tâche qui fut facile pour l’excellente jardinière et cuisinière que je suis !
J’ai aussi glissé le jouet resté dans ta poche et je lui ai donné des bisous à n’en plus finir
Afin de lui montrer que l’amour existe et l’écarter des voies à fuir.

Ce soir, je suis la plus heureuse de toutes car ma volonté a payé ainsi que ma douceur.
Écoute, écoute ! J’entends un doux bruit de pas et une clameur.
Des voix d’enfants ! Vite chers rennes emmenez-nous sur les hauteurs du cercle polaire.
Joyeux Noël chers petits ! Que les cloches des églises, pour vous, carillonnent dans les airs.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo Mumu

ton blog est fantastique et fort intéressant. Comme toi j,ai une âme d'enfant et j,y trouve mon profit a lire le fruit de tes recherches mais par dessus tout c'est ta voix crystaline et fluide qui m'épate. Je pourrais passer des heures à t'écouter je ne me lasse pas. Merci et continue de donner du bonheur aux enfants et à ceux qui le sont resté.

Lutin Dominique

jemjerrica74 a dit…

Un grand merci Louise. Ton commentaire me va droit au cœur.

Accueil

Ma définition du Père Noël : Symbole d'amour et de partage, il est la joie et la bonté. Généreux, il apporte la magie dans nos vies p...